Quand les Vikings s’en mêlent…

Quand les Vikings s’en mêlent…

Lorsque l’on évoque les peuples nordiques ou scandinaves, un seul mot nous vient à l’esprit : vikings ! Présents dans notre imaginaire collectif comme des guerriers valeureux et fiers, ils vénéraient des dieux charismatiques et puissants tels que Thor, Odin ou Freya. Marvel Studios a d’ailleurs su capté un large public avec cette fascinante mythologie nordique.


En réalité, les vikings n’étaient pas seulement des guerriers sanguinaires : ce peuple avait l’âme du négoce dans les veines ! Habitant en Scandinavie (Norvège, Suède, Danemark), une terre peu arable (seul 3% des terres était propice à l’agriculture), ce peuple avait une certaine importance sur l’échiquier commercial car il était le fournisseur des fourrures et des peaux de phoques prisés par les élites européennes.

C’est pendant le Moyen Âge que les vikings vont se doter d’un avantage stratégique, qui allait semer les graines de l’exploration : le drakkar !Désignant les têtes de dragon à la proue des bateaux de guerre, ce terme est utilisé pour décrire un bateau à voile carrée qui peut autant naviguer en eaux peu profondes qu’en haute mer. Pourvu de rames et d’une ossature légère, il est rapide et permet de s’infiltrer facilement dans le réseau fluvial européen. Cette innovation sera déterminante dans le contrôle des voies commerciales. Contrairement au drakkar qui était utilisé autant pour commercer que pour coloniser, le snekkar était un bateau construit pour la guerre. 

La série Vikings de Michael Hirst, diffusée depuis 2013, met bien en scène les raids qui avaient lieu à l’époque : on y voit des tentatives de colonisation en territoire anglais et français par exemple. Rollon, frère de Ragnar dans la série, est d’ailleurs un personnage historique : originaire du Danemark, il mena des incursions (début Xème siècle) sur le Rhin et la Loire avant de finalement s’établir dans le futur Duché de Normandie, nom issu de ses colons nordiques, les « Normands ». Ces terres ne lui furent cependant cédées qu’à condition qu’il cessât ses pillages.


Ces « Norsemen » sévirent tout d’abord en Europe en pillant les monastères : le début de l’Âge Viking débute d’ailleurs en 793 avec l’attaque de Lindisfarme en Angleterre, « viking » prenant ses sources dans le vieux norrois signifiant « pillard« . Cependant, ce terme ne caractérise que les hommes scandinaves partis explorer l’Europe de l’Ouest. Ceux partis aux confins du Moyen Orient et qui s’incorporèrent à l’empire byzantin s’appelaient les Varègues (væringjar signifiant « hommes assermentés« ) et étaient originaires de Suède. Ces Hommes du Nord conquirent ainsi l’Europe (ses fleuves et la Méditerranée) et des territoires en Afrique du Nord jusqu’au Moyen Orient (la Russie et la Mer Noire).

Les guerriers scandinaves que nous connaissons sous le nom de Vikings vont partir quand à eux à la conquête de l’Ouest : ils colonisèrent tout d’abord les Shetlands (Jarlshof) et les Orcades (Brough of Birsay, le château de Kolbein Hruga et Maes Howe) au Nord de l’Ecosse (probablement à bord de knörir knarr au singulier – des navires marchands adaptés à la navigation en haute mer), puis orientèrent leurs bateaux un siècle plus tard jusqu’aux îles Féroé, terres inhabitées.

L’Islande quant à elle ne fut colonisée qu’à partir de 870 par les Vikings accompagnés de femmes celtes, terre hostile n’ayant accueilli jusque-là que des moines irlandais (« papar » en islandais). Ce fut depuis l’Islande qu’une expédition menée par Erik le Rouge prit la mer et atterrit finalement au Groenland (Brattahlid), qui fut colonisé avant eux par la civilisation Dorset (île Baffin) et ensuite les Inuits. Cependant, contrairement aux Inuits du Groenland, les Vikings ne surent s’implanter durablement sur ces terres inhospitalières.

Territoire peu propice à l’agriculture et à l’élevage, et la viande de phoque usuellement consommée par les Inuits dédaignée par les nouveaux colons, les Vikings ne purent construire une civilisation pérenne sur cet inlandsis. En revanche, ils surent faire un commerce florissant de l’ivoire de morse au moment où les Arabes envahirent le bassin méditerranéen et coupèrent toutes les sources d’approvisionnement en ivoire d’éléphant…

Les Vikings à la conquête de l’Ouest

Ce fut à nouveau depuis cette nouvelle colonie que des bateaux vikings sous le commandement du fils d’Erik le Rouge, Leif Erikson dit le Chanceux, reprirent la mer, toujours plus à l’Est. Cette dernière expédition les mena vers l’an 1000 enfin en Amérique du Nord, alors peuplée de tribus amérindiennes dont les Béothuks, les « Amérindien rouge de Terre-Neuve » (campement à L’Anse aux Meadows). Terre de Cocagne avec ses bois verdoyants et ses fourrures d’animaux en abondance, les Vikings ne purent en revanche jamais établir de colonies en Amérique.

C’est à cette même période que le monde des Vikings changeât brutalement avec le début en l’an 1000 de la christianisation de la population scandinave (999 en Islande). Une fois entrés dans le giron de l’Eglise, les Vikings, désormais bons chrétiens, bâtirent des comptoirs commerciaux dans toute l’Europe et participèrent à l’émergence de grandes puissances telles que la principauté de Kiev, l’Angleterre (York, Gosforth, Île de Man) et l’Irlande (Dublin, Waterford et Limerick). Cette colonisation est encore perceptible au niveau linguistique dans ces pays : les Vikings étaient systématiquement assimilés aux populations locales, certains mots scandinaves leur furent empruntés tels que « awkward« , « die« , « egg » et « skirt« . 

Share Button
Les commentaires sont clos.